top of page

Dernière mise à jour : 20 mars 2022

Conseils pour écrire un livre de croissance personnelle



Par Pierre-Luc Racine



Je ne pense pas être un expert de la littérature de croissance personnelle. Je sais. C’est bizarre de commencer un article rempli de conseils comme ça. Mais c’est justement parce que je ne suis pas un spécialiste de ce genre de livre que le mien détonne des autres. Malgré mon manque de connaissances, j’ai la chance d’avoir écrit des mots qui se sont retrouvés sur les tablettes de librairies.

Maintenant que j’ai publié mon premier livre, suis-je un érudit du self-help? Probablement pas. Mais j’ai quand même appris énormément de choses lors du processus d’édition et de publication. Aujourd’hui, je vous partage ce que j’aurais aimé savoir avant de commencer à écrire.

Faire un meilleur plan

Pendant une entrevue avec une journaliste de La Presse pour parler de mon livre qui vient de sortir, elle me dit candidement : « Tu as écrit un livre sur le bonheur et je l’ai trouvé très inspirant. »

Lorsque j’ai commencé à écrire Comment Lâcher Sa Job De Bouette Et (essayer de) Vivre De Ses Rêves, je n’étais pas conscient que j’écrivais un livre qui finirait dans la section « croissance personnelle ». Je le voyais davantage comme un essai des affaires qui parle de l’importance d’aimer son travail. Et ça, c’est parce que je n’ai pas assez réfléchi en amont sur mon œuvre. Je me suis lancé tête première avec un objectif : écrire au moins 1000 mots par jour durant janvier. Je me suis fait une structure approximative en scindant mon brouillon en deux : avant de quitter sa job et après. C’est tout.

Je pense que je me serais facilité la vie si j’avais pris le temps de me faire un vrai plan. Avec une idée assez détaillée des chapitres et sous-chapitres avant de partir en peur. Ma méthode spontanée m’a amené des problèmes de structure, des redites et plein de petits parasites. Et ça m’a empêché de réaliser que j’écrivais un livre de croissance personnelle!

Converser avec la personne qui vous lit

Mon style d’écriture est assez informel. Je me permets de nombreux abus de langage, d’orthographe et de syntaxe qui font surement sourciller les puristes. Mais c’est comme ça que je m’exprime dans la vraie vie. Contrairement à la fiction, où la narration peut prendre plusieurs formes, en non-fiction, c’est souvent l’auteur.e qui parle directement à la personne qui tourne les pages.

Je le fais déjà beaucoup sur le web, mais même pour un livre, j’ai découvert qu’écrire comme si j’échangeais avec la personne qui me lit est une mécanique d’écriture efficace. Ainsi, je peux m’imaginer les questions qu’elle aurait pour moi tout comme ses contre-arguments potentiels. Ça me permet vraiment de faire le tour de mon sujet.

Être préparé.e à se dévoiler

Si vous écrivez un livre de croissance personnelle, c’est parce que vous avez vécu quelque chose qui vous a transformé.e.s. Soyez prêt.e.s à vous ouvrir sur tous les angles par rapport à cet évènement. Gardez en tête que vos proches vous liront. Je dis ça comme ça au passage. Mettons que vous ne leur avez pas parlé de votre mauvaise passe d’alcool, c’est une bonne chose d’en parler à vos parents avant de leur remettre une copie autographiée de votre livre.

Je parle pour un ami, qui s’adonne à s’appeler Pierre-Luc Racine lui aussi!

Tout part de vous

Centrez vos écrits autour de vous-même. Ça peut sonner narcissique, mais lorsque des gens achètent votre livre, c’est qu’ils vous font confiance et veulent savoir comment vous pensez et ce que vous avez vécu. Les premières versions de mon manuscrit contenaient beaucoup d’exemples tirés de mon entourage ainsi que de nombreuses citations d’autres personnes. J’ai effacé tout ça pour ramener tout à ma propre expérience.

J’ai quand même gardé une citation des Pussycat Dolls parce que je suis un intellectuel.

Être tendre avec son lectorat

J’écris beaucoup. Dans un mois, je dois écrire pour URBANIA, pour RDS Jeux Vidéo, pour d’autres humoristes et pour moi-même, en plus de produire quatre épisodes de 3 Bières et deux de Du Pain Et Des Jeux, Mais Surtout Des Jeux. Par-dessus tout ça, j’alimente mes réseaux sociaux en plus de produire et animer mes propres spectacles d’humour hebdomadaires sans compter mon show solo que je commence à rouler.

Dans ce tourbillon de tâches, je n’avais pas pensé au fait que des gens en détresse se trouvent dans le lectorat cible de mon livre. Un livre de croissance personnelle se distingue des autres formes de littératures principalement par le fait que les gens qui l’amènent à la caisse ont besoin de conseils. Le mien est à la fois une biographie parsemée de blagues et un guide de changement de carrière.

Dans mes élans d’humour noir, des blagues grinçantes et des commentaires sévères se glissaient dans le manuscrit alors que je m’imaginais davantage sur scène devant un public qui me connait et qui rit. Alors qu’en réalité, mes lecteurs et lectrices ont pris du temps pour me lire à un moment où ils cherchaient des pistes de réponses. J’ai parfois manqué de sensibilité dans mes premiers brouillons. Heureusement, mon éditrice m’a montré comment prendre soin des gens qui vont me lire.

Vous allez changer des vies

Les livres de croissance personnelle représentent des pistes solutions aux problèmes des gens qui se les procurent. Vous allez recevoir des messages de gens rejoints par ce que vous avez écrit. Et ça, c’est incroyable!

En écrivant principalement sur le web, je ne pense plus à aucun de mes textes moins de 24 heures après leur publication. Ils finissent enfouis par la marée de contenu propulsée par les algorithmes.

Pour mon livre, je reçois encore des messages plusieurs mois après sa publication. À chaque fois, ça me touche d’une manière indescriptible. Et ça me fait réaliser que j’ai bien fait d’écrire un livre de croissance personnellement finalement!

Comments


bottom of page